De l’art de poser les mauvaises questions…

De l’art de poser les mauvaises questions

Au sortir de cette université d’été du Parti Socialiste à Blois il y a matière avec se point d’étape studieux à se rassurer sur la pertinence de la ligne choisie, retrouver une belle énergie mais aussi s’inquiéter pour la suite. (les cassandres elles avaient plutôt pris RDV au bal des égos médiatiques que dans les ateliers).
Mais soyons réalistes beaucoup reste a faire et il va falloir changer de braquet pour faire entendre la bonne question.
Comme vous, je lis actuellement surtout les mauvaises questions:
– le Parti Socialiste est-il dans une phase ascendante ou descendante?
Nous restons le deuxième parti de France en nombre d’adhérents comme en nombre d’élus. Plus de 2000 participants à ses journées, dont 30 % de moins de 30 ans. Les résultats aux municipales marquent la confiance retrouvée des électeurs pour confier la responsabilité de leur ville aux équipes Socialistes et aux unions regroupant PS, PC, Verts.
– Oui je sais, cela vous démange, vous voulez me poser la seconde mauvaise question:
Et pour la présidentielle où en est votre candidat !

Justement, c’est pourquoi Il me semble que vous posez là les mauvaises questions, elles seraient en d’autres temps pertinentes mais pas compte tenu de la responsabilité exceptionnelle que devra assumer un grand parti comme le PS face à l’enjeu réel de cette présidentielle de 2022.

Comme la dernière fois, Emmanuel Macron va tenter de nous expliquer que : c’est lui ou Marine Le Pen.
Le contexte a changer et nombreux à gauche comprennent aujourd’hui que le “nouveau monde” n’est qu’un giscardisme relifté au jargon startuper.
Quelque soit la force du Parti Socialiste ou celle d’autres partis de gauche y compris les verts, aucun, je dis bien aucun, n’apparaîtra aux électeurs comme un choix utile puisqu’ en effet aucun de ces partis seul ne pourra être au second tour.
La bonne question, la seule question est donc: un grand parti comme le PS peut-il être en jouant perso prendre le risque d’être la dernière marche qui fait accéder l’extrême droite au pouvoir?
Non! Et notre maturité politique impose que ce soit à gauche le PS qui montre l’exemple en se rendant le premier compatible à l’union.

Réaffirmation de nos valeurs, de la priorité à plus de justice sociale, l’urgence de la transition écologique et proposition d’un nouveau modèle de développement, reconstruction Européenne.
Oui, je sais c’est difficile de résister aux égos surdimensionnés, surtout quand le QUI revient sans cesse dans les médias. Nous ne gagnerons qu’avec une mobilisation de l’ensemble des électeurs de gauche et des écologistes, et eux doivent tous accepter que ce soit avec les socialistes et faire fi des déceptions du passé. Dans l’hypothèse d’un nouveau duel le Pen/Macron, nous le savons beaucoup de ses électeurs ne se déplaceront plus. D’autres, parmi les gilets jaunes peuvent même par désillusion choisir le pire.
Nous portons donc une responsabilité centrale, elle n’exonère pas les autres partis mais c’est aux personnalités Socialiste, à nos militants, et à nos sympathisants de comprendre l’enjeu, de l’expliquer autour de nous afin que l’on cesse de nous réclamer en priorité une tête d’affiche à placarder. Ce serait la plus mauvaise façon de contribuer à faire vivre nos idées, à faire triompher justice et répondre aux défis environnementaux.
PAW
🌹🍀🌕 #lagauchedaprès #PartiSocialiste #EELV #PC #PRG #generations #placepublique #MJS

Commentaires